OFLAG XB         

            

                                                                     

                           

OFLAG XB          NIENBURG AM WESER 

 
 
Si vous êtes Rescapés vous-même ou Descendants d'un Prisonnier de Guerre , vous pouvez encore vous recueillir sur les lieux  de l'OFLAG XB . Tout n'est plus là , mais le site principal sauvegardé est toujours en activité : la Police Allemande et l'Armée Allemande utilisent les structures , encore au XXI ème siècle.
 
Muni d'un GPS programmé à domicile , j'ai traversé Le Nord de la FRANCE , la BELGIQUE , les PAYS-BAS , une partie de l'ALLEMAGNE , et suis arrivé à l'OFLAG XB , sans me perdre en route ... ( idem au retour) . 
 
L'OFLAG XB est toujours situé sur la Ziegelkampstraße 31582 Nienburg (Weser), Allemagne 
 
Ce site retrace l'Histoire des Prisonniers de Guerre Français de La Seconde Guerre Mondiale , déportés dans des camps , en Allemagne . Le fils du Caporal-Chef Julien K... tient à rendre un immense Hommage à tous ces Valeureux Militaires , dont quelques uns des plus jeunes seront centenaires en 2020 .
 
                                                                                                        
Des Militaires de toutes les Nations , unis contre la dictature allemande , combattirent sur plusieurs fronts en Europe . Le Caporal-Chef Julien K... fut un de ceux-là , Prisonnier de Guerre Français. 
 
Combattant dans le département du Nord de la France et secourant le Peuple Belge , la troupe Française fût arrêtée en BELGIQUE , armes à la main , par les forces Allemandes.
 
La BELGIQUE annexée et le Département du NORD de la France deviendront la ZONE INTERDITE ( sous l'autorité du grand commandement Allemand de Bruxelles ) .  
 
Déporté pour cette dernière action de bravoure , le Caporal-Chef Julien K... restera pendant 5 années , en captivité très surveillée à l'OFLAG XB , près de NIENBURG AM WESER , en Allemagne.   
 
Après un long et éprouvant périple dans des wagons de marchandises ou à bestiaux , les Militaires Français ,otages, arrivèrent dans des STALAG pour les Soldats ou des OFLAG pour les Sous-Officiers et Officiers .
 
Situé dans la région allemande militaire de guerre XB ( appellation remplaçant tout signalement géographique en cas de bombardement par avion ) , l'OFLAG XB  était un camp construit près de Hanovre . sur des terrains bordant la caserne MUDRA . L'OFLAG XB et Le STALAG XC étaient situés l'un à côté de l'autre .
 
Camouflé géographiquement par son appellation , l'OFLAG XB était aussi difficile d'accès , aménagé de sommaires baraques en bois , cerné de fils barbelés , de miradors avec des sentinelles lourdement armées de mitraillettes , un cul de sac au bord de la rivière ( WESER ) .
 
 
 
La position camouflée de l'OFLAG XB, n'évita pas le bombardement du 04 FEVRIER 1945 , qui tua de très nombreux Prisonniers de Guerre Français .
 
 
Outre le froid , les mauvaises conditions de détention, la nourriture était distribuée avec parcimonie . Pour complémenter le maigre Ordinaire du camp , les Prisonniers Français recevaient des Colis de LA CROIX-ROUGE FRANCAISE . 
 
Ces denrées rares étaient acheminées par LA POSTE DE L'ETAT FRANCAIS ( Régime politique de Vichy , du Maréchal PETAIN ... )   sans aucun jeu de mots  ... mais chacun comprendra l'allusion , en pensant aux cartes de rationnement que recevaient les familles de prisonniers .
 
Fouillés et censurés par les Allemands , ces colis étaient déchargés et distribués par Les Ordonnances Françaises . L'envoi de colis aux prisonniers était parfois difficile pour les familles domiciliées dans LE NORD DE LA FRANCE ( région occupée par les Armées Allemandes ) .
 
Comme la durée de détention s'éternisa , les Prisonniers Français cultivèrent leurs potagers et améliorèrent leur nourriture ( dans un seul désir : la liberté ) . Sortir discrétement pour un Prisonnier de Guerre , c'était l'évasion .
   
La gestion administrative allemande du camp désigna un Officier Français ... " de confiance " , intermédiaire entre le Commandement Allemand et les Français . Mais cet Officier Français n'était pas maître de ses décisions . C'est pour mettre fin à cette situation de défiance que les Autorités Allemandes et Françaises de l'OFLAG XB définirent d'autres dispositions administratives .
 
Le Commandement Français nomma un Officier de Confiance : le Lieutenant-Colonel Jacques DE PINSUN , puis le Général Jean DULUC . Voici enfin des Officiers de Confiance .
 
Dès l'approche des Troupes Anglaises de Libération , le Commandement Allemand de l'OFLAG XB combattit sur d'autres fronts . Il ne resta que peu de troupes Allemandes pour surveiller les Prisonniers de Guerre Français .
 
A l'issue d'une " négociation " entre Anglais et Allemands , l'OFLAG XB a été déclaré terrain neutre . Le camp pourrait accueillir des Militaires Français d'autres camps et des militaires Allemands blessés ... Le Commandement Français eut plus d'autonomie , mais pas de liberté . Selon l'issue des batailles alentours , la sécurité des Prisonniers Français était menacée . 
 
L'OFLAG XB subit le bombardement du 04 FEVRIER 1945 , par un avion Anglais . 
 
Proche de la voie de chemin de fer , l'OFLAG XB a été confondu avec la Gare de NIENBURG AM WESER . De nombreux Militaires Français périrent . Ce bombardement meurtrier , l'insécurité de la ville NIENBURG AM WESER ( population civile laissée sans dirigeant officiel , avant l'exode ) , les autorités militaires Allemandes décidèrent de déplacer une partie des Prisonniers Français . 
 
Après des manœuvres d'encerclement par l'Armée Anglaise, les Allemands furent prisonniers . Un corridor humanitaire permis la libération des prisonniers de l'OFLAG XB  .
 
Ces Valeureux Militaires Français de l'OFLAG XB  rentrèrent de captivité , dans une FRANCE LIBEREE . Ils recherchèrent un logement ou leur famille ( parfois décimée après un bombardement ou lors d'un exode ) . Pendant un certain temps , l'Amicale des Anciens Prisonniers de Guerre de l'OFLAG XB secourût pécuniairement , habillât , relogeât , trouvât du travail .
 
Malgré tous ces dévouements , certains de ces Anciens Combattants ne survécurent pas longtemps ( très affaiblis par toutes les privations de nourriture ou de liberté ) . Quelque puisse avoir été leur Grade , ces Anciens Prisonniers étaient devenus égaux envers LA VIE . Ceux qui réussirent à vieillir durent tous reconstruire une vie , parfois parsemée de cauchemars liés aux souvenirs des combats ou de la captivité.
 
                                                        
                   
 

 

 

                                   Le Caporal-Chef Julien K...
                                                                                             
 
Le Caporal-Chef Julien K... ,  fût membre de l'Association des Anciens Prisonniers de l'OFLAG XB et d'autres Associations d'Anciens Combattants .
 
Comme ses Camarades Libérés après une très longue captivité , il revint dans Le Nord de La France  . 
 
De très nombreuses années après sa libération de l'OFLAG XB , il fit de courtes excursions en Allemagne de l'Ouest ( R.F.A. , à l'époque du Mur de Berlin ) .
 
Lors du passage des douanes Franco-Allemandes , Belgo-Allemandes , Néerlando-Allemandes, on pouvait remarquer une légère émotion lorsque le Caporal-Chef Julien K... croisait le regard du douanier allemand , scrutant les visages des touristes ...
 
Passé ce temps délicat pour une personne qui avait été invitée , contre son gré , 5 années en Allemagne , les visites dans ce pays ne commencèrent que dans les années 1970 . Tout est parti de Charlemagne ...
 
BONN pour la Chancellerie de la République Fédérale d'Allemagne , AIX LA CHAPELLE pour Charlemagne , COLOGNE pour l'eau de cologne ...
 
Il n'exprima jamais le souhait , ni de retourner à l'OFLAG XB , ni de visiter la ville de NIENBURG AM WESER . 
 
A une époque où les technologies du XXI ème siècle n'existaient pas ( internet fixe ou internet mobile , téléphone portable , gps ) , il ne pouvait qu'ignorer les autres témoignages laissés par d'autres anciens prisonniers de guerre de l'OFLAG XB .
  
Lorsque le réseau internet fixe devint accessible en France , j'ai découvert plusieurs sites consacrés à l'OFLAG XB . Fils de ce Prisonnier Français de la Seconde Guerre Mondiale, j'ai voulu connaître les lieux de sa détention involontaire et je suis allé au camp en 2007.
 
 
 
                                         La Caserne MUDRA   
 

La Caserne MUDRA a été détruite et remplacée par un hôpital . Quelques baraques existent toujours , occupées actuellement par l'Armée et la Police Allemande . Le Stalag XC  n'existe plus , mais le terrain accueille un centre commercial et des lotissements de maisons . Le Pont sur la Weser est toujours présent , avec les rives bordées de saules pleureurs .

Il n'est pas impossible de penser , nostalgique , que les saules pleureurs de cette rivière WESER , immuable dans son environnement , sont les seuls témoins passés , actuels , futurs , des pas de nos Chers Prisonniers Français de Guerre de L'OFLAG XB .

 

C'est avec cette grande émotion que je me suis retrouvé à fouler , moi-aussi , les rives de la WESER .

 

Les vues suivantes ne peuvent que refléter l'exactitude des impressions que tous les mots présents dans tous les dictionnaires du monde , ne sauraient décrire .

 

 
 
 
 
 
JORF n°110 du 13 mai 1999 page 7118

ARRETE
Arrêté du 15 avril 1999 relatif à la dérogation générale des fonds de la Seconde Guerre mondiale versés aux Archives nationales par le ministère de la défense (anciens combattants)

NOR: MCCB9800355A La ministre de la culture et de la communication et le secrétaire d'Etat à la défense chargé des anciens combattants,Vu la loi no 79-18 du 3 janvier 1979 modifiée sur les archives, et notamment ses articles 7 et 8 ;Vu le décret no 79-1038 du 3 décembre 1979 relatif à la communicabilité des documents d'archives publiques,Arrêtent :Art. 1er. - Par dérogation au 5o de l'article 7 de la loi du 3 janvier 1979 susvisée, peuvent être librement consultés les documents conservés au Mémorial du martyr juif inconnu (17, rue Geoffroy-l'Asnier, à Paris 4e) par le centre historique des Archives nationales de Paris sous les cotes suivantes :F9 5605 à 5631 : fichier familial de la préfecture de police de la Seine ;F9 5632 à 5668 : fichier individuel adultes de la préfecture de police de la Seine ;F9 5669 à 5674 : fichier individuel enfants de la préfecture de police de la Seine ;F9 5675 à 5741 : fichier adultes du camp de Drancy ;F9 5742 à 5748 : fichier enfants du camp de Drancy ;F9 5749 : fichier fusillés du camp de Drancy ;F9 5750 à 5777 : fichier des camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande.Art. 2. - Par dérogation au 5o de l'article 7 de la loi du 3 janvier 1979 susvisée, peuvent être librement consultés les fonds conservés au centre des Archives nationales de Paris sous les cotes suivantes :F9 2190 : documents sur des camps et des prisonniers, 1941-1943 ;F9 2345 : inspection des camps ;F9 2574 à 2582 : services de la correspondance privée : cas douloureux, réclamations et recherches, 1942-1944 ;F9 2998 : commissariat général aux prisonniers de guerre rapatriés et aux familles des prisonniers de guerre : notes de service, décisions et arrêtés du commissaire général, personnel ;F9 3161 : négociations au sujet des déportés. Correspondance et listes établies en vue d'échanges ;F9 3196-3198 : sous-direction des fichiers et statistiques : 2e bureau (déportés politiques) ;F9 3227, 3237, 3238, 3246 : direction du rapatriement, 1944-1945 ;F9 3310 et 3314 : mission française de rapatriement en Allemagne. Section Déportés ;F9 3316, 3320, 3326 à 3347 : mission en Suisse ;F9 3379 à 3381, 3386 : Forces françaises libres en Suisse ;F9 3431, 3452, 3470, 3476, 3480 : archives des camps : Oflag X B, Stalag III D, Stalag V A, Stalag VI G ;F9 3687 : police allemande à Mulhouse ;F9 3691 : Revier Harzungen (camp de Bergen-Belsen) : rapports journaliers, 1944-1945 ;F9 3715, 3785, 3810, 3815, 3816, 3821 à 3870, 3881 : rapatriement et missions de recherches à l'étranger ;F9 5565-5601 : documentation et témoignages sur les camps de déportés en Allemagne, sur les crimes de guerre ennemis, documentation photographique, victimes civiles de guerre.Art. 3. - Par dérogation au 5o de l'article 7 de la loi du 3 janvier 1979 susvisée, peuvent être librement consultés les documents conservés au centre des archives contemporaines de Fontainebleau sous les cotes suivantes :830372 :Art. 1-16. - Listes des prisonniers de guerre de l'Axe détenus en captivité sous commandement français et soit décédés, soit transférés ou libérés. 1944-1948.830419 :Art. 1-24. - Listes mécanographiées des prisonniers de guerre français établis par le ministère de la guerre d'après les renseignements fournis par les mairies. 1940-1945.830423 :Art. 13-389. - Fiches de dénombrement collectées par le ministère des prisonniers, déportés et réfugiés dans le cadre de son recensement des prisonniers et déportés. 1946-1948.830559 :Art. 1-4. - Rapatriements, recherches et exhumations de corps : rapports d'activités et correspondance des missions françaises en Allemagne, Italie et Tchécoslovaquie. 1944-1945.900435 :Art. 1-2. - Fiches de dénombrement des internés et déportés en Allemagne durant la guerre 1939-1945 et en 1946-1948.Art. 4. - Le directeur des Archives de France est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.Fait à Paris, le 15 avril 1999.
 
La ministre de la culture et de la communication,
 
Catherine Trautmann
Le secrétaire d'Etat à la défense chargé des anciens combattants,Jean-Pierre Masseret
 
 
 
                                                      
                                      CHAN (Centre historique des Archives nationales)   
     
 
CHAN (Centre historique des Archives nationales)   
CHAN, 11 rue des 4 fils, 75003 Paris.
Site
http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/
Archives commissariat aux prisonniers déportés refugiés du comité français de la libération nationale 1943/1944
Archives ministère des prisonniers déportés refugiés 1944/1946
Salle de lecture des ARCHIVES NATIONALES
HOTEL DESOUISE 60, rue des Franc-bourgeois, 75003 PARIS
72AJ 293 : Oflags  XB.
 
 
Centre des Archives Contemporaines
2 rue des archives, 77300 Fontainebleau
Versement 19830419
ART 1-24 : LISTINGS DES PRISONNIERS DE GUERRE FRANCAIS ETABLIS PAR LE MINISTERE DE LA GUERRE DE 1940 A 1945, D'APRES LES RENSEIGNEMENTS FOURNIS PAR LES MAIRIES : 1940-1945
Classement par département.
Versement 19830374
MINISTERE DE LA GUERRE, MISSION FRANCAISE PRES LE SERVICE INTERNATIONAL DES RECHERCHES (S.I.R.)
ART 1-57 : FICHES DE RENSEIGNEMENTS DU SERVICE INTERNATIONAL DES RECHERCHES (S.I.R.) CONCERNANT DES RESSORTISSANTS FRANCAIS : 1951
Classement par région 
  
 
 
Département interarmées, ministériel et interministériel  
Bureau des archives des victimes des conflits contemporains
Rue Neuve Bourg l'Abbé, 14000 Caen
BP 166
00468 Armées
BP 552
14037 Caen cedex    
 
  
 
                                                           museum-nienburg
 
 
 
2 livres sur l’OFLAG XB  , écrits en allemand par   Hans-Jürgen SONNENBERG sont disponibles au Musée de Nienburg am Weser   Museumsverein Nienburg/Weser
Leinstraße 48  31582 Nienburg       
www.museum-nienburg.de
 
 
 
 
Gefangen hinter Stacheldraht

Oflag XB und Stalag XC Kriegsgefangenenlager in Nienburg
 
 (ISBN 3-9808770-0-0)
 
https://www.google.fr/#q=oflag+xb+liste+prisonniers
                                                             
 
  
 
Kriegsgefangene im Kreis Nienburg 1939 - 1945
 
(ISBN 978-3-9808770-2-2)

 
                                                                 
 
 
 
OFLAG XB de Jesse RUSSELL et de Ronald COHN ( livre en anglais )

                                                          Oflag X-B

http://www.barnesandnoble.com/w/oflag-x-b-jesse-russell/1112465814?ean=9785511621159

 

 

 

Oflag X-B ( en anglais ) 

Lambert M Surhone     Miriam T Timpledon    Susan F Marseken

                                                      

 

                                                 

 

  http://www.homeshop18.com/oflag-x-b/author:lambert-m-surhone/isbn:9786132040305/books/history/product:25034066/cid:10921/                                              
    
 
 
Bombardement de l'Oflag XB - Nienburg-sur-Weser, 4 février 1945
 

 

 

                                                                Bombardement de l'Oflag XB - Nienburg-sur-Weser, 4 février 1945

http://www.jepublie.com/livre-bombardement-de-l-oflag-xb-1014.aspx

 

 

Vous trouverez ci-dessous un lien vers le blog d'un collectionneur militaria qui recense des centaines de livres sur les deux guerres mondiales du XXème siècle :

 

 

 

                                                           " Fleur de Gamelle "                                                                                     
 
                                                                                                              
 
La chanson de l' OFLAG XB est " Fleur de Gamelle "
 
Paroles du Sous-Lieutenant SECHERESSE 
Musique du Capitaine MOISSON
 
Caporal Chef Julien K...    
 
 
 
 
 
  
 
                                                                                    
 

 

 

 
                                                                                           
                                                                                                               
 

Le Caporal-Chef Julien K... était aussi musicien amateur et jouait du BANJO

Musicien pendant sa captivité à l'OFLAG XB , il inscrivit sur ses carnets personnels , au porte-plume trempé dans l'encre , la musique ( portée et notes ) ,ainsi que les paroles de la célèbre chanson de l'OFLAG XB :

                                                                           " FLEUR DE GAMELLE ".

 

                                                                                                

 

 

 

                                                                                
 
 
Parole et musique  " FLEUR DE GAMELLE "   OCTOBRE  1940
 
 
 
 
 " FLEUR DE GAMELLE " COUPLETS 1 ET 2
  

 

" FLEUR DE GAMELLE " COUPLETS 3 ET 4

 

 

 " FLEUR DE GAMELLE" COUPLET 5

 

  " FLEUR DE GAMELLE " MUSIQUE

 

 

    

 OFLAG XB

                                                                                                  

 

LE BOMBARDEMENT DE L'OFLAG XB                                  

 

LISTE DES TUES BOMBARDEMENT OFLAG XB  04 FEVRIER 1945

ALEXANDRE Arsène   Lieutenant
ARCHAMBAUD  Jean-Marie   Lieutenant
BACQUIE Jean   Lieutenant
BENAZET Robert   Lieutenant
BERTHAULT Claude   Commandant ( non identifié )
BERTHEUX Georges   Lieutenant-Colonel  ( non identifié )
BLAUDEAU Jean   Lieutenant
BODY Paul   Commandant
BUNLET Henri   Capitaine
CADET …     Lieutenant décédé le 13 février 1945
CALLIES André   Lieutenant-Colonel
CARLET Paul   Lieutenant
CAYE Charles   Colonel
CELLIER Maurice   Capitaine
CHASSAGNADE Lucien   Lieutenant
COLAS DES FRANCS Michel   Lieutenant ( non identifié )
CORDIER Jean   Capitaine
COTHIAS Jean   Capitaine
D’ARCY Georges   Lieutenant
DAVID Pierre   Lieutenant
DE CABARRUS Edmond   Commandant
DE L’HERMITE Pierre   Capitaine
DELAUNE René   Lieutenant
DEPAQUIT Pierre   Lieutenant
DE REBOUL Henri   Commandant ( non identifié )
DE SAINTE CLAIRE Jacques   Capitaine
DESLANDES Emile   Lieutenant
DE VERTHAMON Martial   Commandant ( non identifié )
DE VISMES Marie   Commandant
DE WERBIER D’ANTIGNEUL Guy   Colonel
DION Roger   Lieutenant
DU FAYET DE LA TOUR Etienne   Capitaine
DU MESNIL Marie   Capitaine
DU NODAY Christian   Commandant ( non identifié )
FALLON Emile   Commandant ( non identifié )
FELIX Jean   Lieutenant
FLEURY Paul   Lieutenant
FLORENCE Georges   Capitaine
FRICHET Roger   Lieutenant
GAUTHIER Yves   Lieutenant ( non identifié )
GENDRE Julien   Capitaine
GUERIN Alain   Lieutenant-Colonel
GUILLERAULT Marcel   Capitaine
HABANS Jean   Capitaine
HOURDEAUX René   Lieutenant
HUMBERT Jean   Lieutenant
JAOUEN Eugène   Lieutenant
JEAN Victor   Commandant
KALTNECKER René   Lieutenant
KERANGUEVEN Hervé   Capitaine ( non identifié )
LACOMBE Marie   Commandant ( non identifié )
LAIR Paul   Colonel ( non identifié )
LALIRE Gervais   Lieutenant
LARBAUD Joseph   Commandant ( non identifié )
LE BOT Marcel   Commandant ( non identifié )
LE MENE Joachin   Lieutenant
LEROUX Robert   Lieutenant
LESPINARD Henri   Lieutenant
LESUR Henri   Capitaine
LEYRAUD Marcel   Lieutenant-Colonel ( non identifié )
MAGREY Louis   Capitaine
MAHE Etienne   Capitaine
MAQUIN Rémi   Lieutenant
MARGANT René   Lieutenant
MARIOT Marie Charles  Colonel ( non identifié )
MARTIN Georges   Lieutenant
MATHIEU Camille   Commandant
MERLOT Pierre   Lieutenant
 MEYER Marcel   Lieutenant
MICHALET Marcel   Capitaine
MILON Pierre   Lieutenant-Colonel ( non identifié )
MITTEAU André   Lieutenant
MOULIN Paul   Lieutenant
NEVIADOMSKY Cyrille   Lieutenant
OGER Fernand   Lieutenant
PELLETIER Roger   Lieutenant
PRUGNEAUX Robert   Lieutenant
RAYNAUD Jean   Commandant
RICHIER Etienne   Commandant
ROBERT Marcel   Lieutenant
SIMON Numa   Lieutenant-Colonel ( non identifié )
SIRYES Jean   Lieutenant
SOUHARD José   Lieutenant-Colonel
SRATER Maurice   Commandant ( non identifié )
STEIGER Emile   Lieutenant-Colonel ( non identifié )
TATON Lucien   Lieutenant
TATTU Henri   Lieutenant
TEISSIER Jean   Capitaine
THEVENIN Michel   Capitaine
THOUVENIN Jacques   Lieutenant
THUVENY Paul   Lieutenant-Colonel
TRISTAN Georges   Lieutenant
VIET Emile   Soldat
VITTECOQ Jean   Capitaine
VITTECOQ Pierre   Lieutenant-Colonel
VIVIER Jacques   Lieutenant
VITTET Marius   Lieutenant
YVEN Fernand   Lieutenant
  

 

 

Nécropole nationale de Strasbourg-Cronenbourg

 

 Cette photographie est sous licence d'usage CC BY-NC-SA 2.0
Monument commémoratif, officiers 1939-1945       
Dans l'enceinte de la nécropole nationale - Officiers tués lors du bombardement du camp de prisonniers Oflag XB de Nienburg par l'aviation alliée le 4 février 1945 - "Morts pour la France 4.2.1945"

[ Photo Olivier SCHLIENGER ]
(Relevé n° 62482)
 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9cropole_nationale_de_Strasbourg-Cronenbourg


OFLAG XB    

                                                                                                                

LA LIBERATION DE L'OLAG XB 

          

                                                                                        

 

 

 

 

 OFLAG XB

SITE DE L' OFLAG XB

Le Centre-Ville de NIENBURG AM WESER est à gauche de la vue .

La Gare est en haut de la vue .

L'OFLAG XB est au centre de la vue . 

 La Breslauerstraße séparait l'OFLAG XB et le STALAG XC ( démoli ) ,en bas de la vue .

   

 

 

OFLAG XB

SITE DE L' OFLAG XB

L'emplacement de l'OFLAG XB et de La Caserne MUDRA ( démolie , que l'on devine au centre de la vue )

  

La Breslauerstraße séparait l'OFLAG XB et le STALAG XC ( démoli ) ,en marge haute .

 

 

OFLAG XB

 

 La rue traversant la vue est la Ziegelkampstraße ( bordée d'arbres ) , qui était l'allée du camp séparant les baraques 1 à 7 des baraques 8 à 13 .

 Les maisons remplacent l' OFLAG XB ( baraques 8 à 13 ) , lieu du bombardement du 04 FEVRIER 1945 

 

  OFLAG XB

 

 

 

 

OFLAG XB

SITE DE L' OFLAG XB

En haut : la voie de chemin de fer et la rivière WESER

A gauche : l' OFLAG XB , la  Ziegelkampstraße ( les maisons remplacent le STALAG XC )

A droite : le pont sur la rivière WESER , le carrefour stratégique et les nouveaux lotissements

  

Les personnes concernées par cette captivité sont âgées ou décédées , le voisinage du camp a bien changé .

En posant un regard sur cette dernière photographie aérienne ( GOOGLE ) , on remarque trois symboles immuables du passé de nos valeureux pères ou grands-pères prisonniers de l'OFLAG XB :

                - Le camp OFLAG XB

                - La rivière WIESER et ses rives

                - La voie de Chemin de Fer  ( le camp a ét bombardé car confondu avec la gare )

L'Histoire ou le Respect du passé ont conservé une partie de l'OFLAG XB . Le Terrain est utilisé par l'Armée Allemande,tout comme elle l'utilisait avant la seconde guerre mondiale. Seule le terrain du STALAG démoli a été aménagé en lotissement , ainsi que la zone entre la rivière WESER et la voie de chemin de fer .

 

OFLAG XB

 

OFLAG XB

 Mudrakaserne

La caserne MUDRA ( OFLAG XB )      OFLAG XB   NIENBURG AM WESER

http://www.wir-wussten-nichts-davon.de/wwnd_Seiten/Kriegsbeginn/Kriegsdoku/krdo6.html

http://www.wir-wussten-nichts-davon.de/wwnd_Seiten/Gefangene/Gefangdoku/gdo1.html

http://www.relikte.com/nienb_stalag/index.htm

http://nordwind.info/lost-places/nienburg-weser/mudra-kaserne/ 

 

OFLAG XB

                                           

                                      http://www.ri1.terre.defense.gouv.fr/Decouverte/historique/droleguerre.html

                                           https://www.facebook.com/ri1er?fref=pb&hc_location=profile_browser

VOICI UN EXTRAIT ISSU DU SITE MINISTERE DE LA DEFENSE RELATIF A LA BATAILLE DU 1ER R.I.

LE CAPORAL CHEF Julien K... FUT FAIT PRISONNIER AU MONT SAINT GUIBERT (EN BELGIQUE) LE 15 MAI 1940

SUITE A CETTE BATAILLE , IL RESTERA 5 ANS A L'OFLAG XB à NIENBURG AM WESER ( ALLEMAGNE )

 

A vingt-cinq ans de distance, le 1er Régiment d'Infanterie se met à nouveau sur le pied de guerre. La France et l'Angleterre, tenant leurs engagements vis à vis de la Pologne, déclarent le 03 septembre 1939, la guerre à l'Allemagne qui vient de se ruer sur notre alliée d'Europe orientale. La Belgique affirme sa neutralité ; mais on sait par expérience ce que peut valoir cette dernière dans le plan de guerre de l'ennemi. Tandis qu'en lorraine, les contacts se prennent sur la frontière, en avant de la ligne Maginot, une partie très importante des forces françaises est maintenue dans les départements du Nord, pour barrer éventuellement les routes classiques d'invasion. La 1ère Division d'Infanterie Motorisée, à laquelle appartient le 1er d'Infanterie, est maintenue en réserve au sud de Montdidier. L'automne 1939 puis l'hiver 1939-1940 s'écoulent mornes, fastidieux, dans l'inaction démoralisante. C'est la « drôle de guerre ». Cependant sous le commandement du colonel NALOT, le régiment maintient son entraînement et sa forme. Finira-t-on par se battre un jour ? On arrive à en douter.


L'attaque allemande contre la Hollande et la Belgique se déclenche le 10 mai. La nouvelle produit l'effet d'un coup de tonnerre. Le régiment alerté entreprend le jour même son mouvement en automobiles qui doit le porter en Belgique. La 1ère armée, à laquelle il appartient, exécute la « manœuvre Dyle », du nom de cette rivière du Braban, en vue de bloquer l'avance allemande. Le mouvement de jour s'effectue sans incident. Le Colonel CUMIER, qui depuis peu commande le 1er, établit ses unités dans le sous-secteur qui lui est assigné, autour de Mont-Saint-Guibert, à 25 kilomètres au sud-est de Bruxelles. La position à défendre suit le tracé de la voie ferrée de Bruxelles à Namur, qui est là, en déblai profond de six à huit mètres et constitue un excellent obstacle antichars. Dans la journée du 14 mai, des éléments de la 3e Division Légère Mécanique, en retrait devant les blindés allemand auxquels ils ont livré de durs combats, se replient traversent la position du régiment. Le 15 mai, au lever du jour, les allemands attaquent après une courte, mais violente réparation par les canons des chars, l'artillerie et les avions « Stukas » bombardant en piqué. Autour de la ferme de la Grange-à-la-Dîme, une section de la 2e compagnie, en avant-poste, soutient le combat pendant prêt de trois heures ; la ferme est incendiée ; les défenseurs sont submergés ; mais la résistance a été vigoureuse et vaillante ; la section a perdu plus de la moitié de son effectif.

 


COMBAT DE BETHUNE (1940)

 


Au cours de la journée, les allemands tentent, à trois reprises, de rompre la position du régiment ; mais en vain ; leurs attaques sont bloquées par des feux d'infanterie et d'artillerie. En certains points des éléments de premier échelon sont temporairement refoulés ; l'ennemi est contre attaqué vivement et rejeté. En fin de journée, les allemands n'ont réussi nulle part à franchir la voie ferrée. Non seulement le 1er n'a pas cédé un pouce de terrain confié à sa garde, mais il a réussi à s'emparer de prisonniers. Les pertes déjà sont sérieuses ; de nombreux matériels sont détruits par les bombardements.
Le régiment va regrouper ses bataillons à l'ouest du front ; après un repli sur l'Escaut à l'ouest du canal de Charleroi, les 16 et 17 mai il participe très sérieusement au combat de la forêt de Raismes (20-26 mai). Le régiment y perdra les 2 tiers de ses effectifs et de son armement. Une partie du régiment part déjà pour l'Angleterre tandis que l'autre participe à la défense de Lille. L'étau se resserre entre le front et la mer. Dans la nuit du 3 et 4 juin ce qui reste du 1er passe la mer du nord et débarque à Margate pour rejoindre bientôt Cherbourg, par Southampton, le 7 juin. Mais l'armée française est submergée ; le 25 juin l'armistice est signé. Il laisse à la France une petite armée. Une partie stationnée au sud de la ligne de démarcation. Le 1er est reconstitué dans le Cher. Le PC du Colonel et le 3e bataillon sont à St Amand Montrond. Le 1er bataillon est à Issoudun (Indre). Le 2e est à Dun sur Auron. 
 

 

 

OFLAG XB

 

  

 

 

 

OFLAG XB                     BARAQUE 1              CHAMBRE 12

NOM PRENOM  GRADE FORMATION EMPLOI OFLAG XB ( fonctions de captifs )

ENGEL Ernest SOLDAT 50 R.A INTERPRETE
KEIL Jean SOLDAT 50 R.A CUISINIER
STRUBB Emile SOLDAT 5 CUIRASSIERS CUISINIER
JESTER Auguste SOLDAT 271 R.I. CUISINIER
THOMAS René SOLDAT 271 R.I CUISINIER
BOLLY Ernest SOLDAT 147 R.I. CUISINIER
ALZIEN André SOLDAT 7 GENIE CUISINIER
DAULNY Paul SOLDAT 230 ARTILLERIE CUISINIER
HERDT Marcel SOLDAT 5 CUIRASSIERS CUISINIER
GUIDICELLI René SOLDAT 51 R.A.D. CUISINIER
ADIDA Georges SOLDAT 295 R.I. CANTINIER
GUERIN Pierre SOLDAT 147 R.I. CANTINIER
POUILLIARD Raymond SOLDAT 18 GENIE CANTINIER
AMEZARD Pierre SOLDAT 1ER CHASSEURS CANTINIER
SONCOWIDSKI Charles SOLDAT 1ER CHASSEURS COIFFEUR
LEMAITRE Marcel BRIGADIER 76 R.A. TAILLEUR
COLLINET Gustave SOLDAT ? PEINTRE VITRIER
ANDRE Henri SOLDAT 295 R.I. SERRURIER
DUBOIS Marcel SOLDAT 1ER R.I. CORDONNIER
K... Julien CAPORAL CHEF 1ER R.I. ORDONNANCE DES OFFICIERS
DELHOMMEAU Marcel SERGENT CHEF 116 R.I. RELAIS BARAQUE 1 KOMMANDANTUR
BARRAUD Jean ? ? ?

RETRANSCRIPTION DES PAGES RETROUVEES SUR LE CARNET PERSONNEL DU PRISONNIER DE GUERRE A L'OFLAG XB BARAQUE 1 CHAMBRE 12 

 
Si ces données peuvent paraître incomplètes ou erronées, il ne faut pas omettre la contrainte de la captivité, la protection éventuelle des prisonniers évadés repris sans papiers, les contrôles et protections de la CROIX ROUGE ...
Cette liste réalisée en son temps comporte des fonctions traditionnelles dans un camp de prisonniers pour des personnes pouvant se mouvoir de baraque en baraque , utiliser des outils et des matériaux de bricolage .
 
Quoi de plus innocent qu’un cuisinier , qu’un cantinier , qu’un coiffeur …
 
Un tailleur , un serrurier , un plombier , un cordonnier et un peintre vitrier qui n’ est autre qu’un BRIGADIER , c’est encore tout à fait normal …
 
Un interprète , une ordonnance des officiers , un relais chambre 12 KOMMANDANTUR , des missions colis dans la baraque de < LA POSTE FRANCAISE DE L’OFLAG XB > , de nombreuses répétitions musicales avec l’ORCHESTRE de L’OFLAG XB    
 
On croit rêver … ou alors , il faut chercher une motivation : l’évasion
 
Certains la réussirent peut-être ou pas , nul à ce jour ne vous le dira … car il est trop tard pour leur demander
 
 
 
  
 
 
 
 
Listes officielles des Prisonniers de Guerre Français 1940  ( lien vers le site internet GALLICA )http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34458709m/date.langFR
 
 
OFLAG XB FEUILLE D'AVIS DE NEUCHATEL du jeudi 29 avril 1943
 
 
Sépultures actuelles des Officiers tués lors du bombardement de l'OFLAG XB le 4 février 1945
 
Les fichiers cartonnés établis en tant de guerre sont en cours de numérisation par La République Française. Si les documents originaux sont erronnés ou incomplets, il est conseillé de se rapprocher des services adéquats en faisant référence aux côtes indiquées sur chaque acte.
 
Afin de permettre à ceux ( dont moi-même) qui espéraient depuis "des lustres" retrouver les parentés "MORTS POUR LA FRANCE " , voici trois liens officiels.
 
Il faut mentionner un des noms des listes affichées en haut de ce site internet ( cela fonctionne à merveille )
 
Néanmoins, seules les tombes en FRANCE, en BELGIQUE ou au MAROC soient mentionnées , même si on retrouve TOUS LES NOMS ( parfois orthographiés différemment ) des tués lors du bombardement du 04 février 1945 de l'OFLAG XB.
 
Il semble que soit les actes sont incomplets, soit les familles d'officiers aient fait rapatrié les corps dans les caveaux familiaux , soit d'autres corps aient été regroupés dans les nécropoles nationales en France ou à l'Etranger.
 
Dans une démarche de recueillement ou de recherche personnelle suite un oubli intergénérationnel éventuel, il est possible de contacter La République Française . 

Les fiches originales sont souvent incomplètement remplies et comportent des erreurs, notamment dans l'orthographe des noms et la numérotation des tombes. Compte tenu du nombre de sépultures, il est difficile de procéder à des vérifications systématiques. Si vous rencontrez les anomalies, merci de les signaler afin qu'elles puissent être corrigées. Vos demandes peuvent être adressées à :

Office National des Anciens combattants et Victimes de Guerre
Pôle des Sépultures de Guerre et des Hauts Lieux de la Mémoire Nationale
Cité administrative
CS 71075
57036 METZ cedex 01
Tel : 03.87.34.77.57
Fax : 03.87.34.79.39     

mailto:sepultures.pennhlm@orange.fr

 

Listes officielle des Prisonniers de Guerre Français " MORTS POUR LA FRANCE " tous conflits et des Sépultures

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/sepultures_guerre/
 
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/militaires_decedes_seconde_guerre_mondiale/resus_rech.php

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/recherche_transversale/bases_nominatives.php

 

Nécropole nationale de Strasbourg-Cronenbourg

 http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9cropole_nationale_de_Strasbourg-Cronenbourg

 

 

Overview of the Rapport relatif aux circonstances dans lesquelles le Colonel Coignerai, doyen des officiers français, prisonniers à l'Oflag X B, a été changé de camp le 19 juin 1942 typescript

Processed by Hoover Institution Archives Staff.
Hoover Institution Archives
Stanford University
Stanford, California 94305-6010
Phone: (650) 723-3563
Fax: (650) 725-3445
Email: archives@hoover.stanford.edu
© 2009
Hoover Institution Archives. All rights reserved.

http://www.oac.cdlib.org/findaid/ark:/13030/kt0s2029jk/entire_text/

 

Scapini (Georges) Papers 1928-1976

Contributing Institution: Hoover Institution
Description: Correspondence, memoranda, reports, writings, legal documents, printed matter, and photographs, relating to French politics, French prisoners of war in Germany during World War II, and the trial of Georges Scapini as a Nazi collaborator, 1952

 

www.oac.cdlib.org/findaid/ark:/13030/tf096n97cc/ 

 Description

Correspondence, memoranda, reports, writings, legal documents, printed matter, and photographs, relating to French politics, French prisoners of war in Germany during World War II, and the trial of Georges Scapini as a Nazi collaborator, 1952
Extent
27 manuscript boxes, 2 album boxes 13.1 linear feet)
Restrictions
Literary rights held by Lucie Marie Scapini, Jean-Marie Scapini, and Francois-Marie Scapini
Availability
Collection open for research.

  

Que sont devenus les rapports nominatifs de LA CROIX ROUGE INTERNATIONALE et quelle instance publique ou privée possède,en ses coffres, les archives de l’OFLAG XB ?

 


Quel richissime collectionneur ou pilleur de guerre s’est approprié la souffrance collective et quand la chape de plomb se brisera-t-elle pour dévoiler les «  secrets  » avérés ou non ?

L’imposant silence de « La Grande Muette » retentit en mon cœur comme une injustice.

Au retour des camps, comme de nombreux déportés, les Anciens Prisonniers de Guerre se sont tus. Ils n’avaient peur de rien, mais… le regard des « planqués profiteurs de guerre » valait un emploi !

N’oublions pas les lois d’amnistie des atrocités de la Seconde Guerre Mondiale

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89puration_%C3%A0_la_Lib%C3%A9ration_en_France


Bien que je ne sois qu’un fils de prisonnier de l’Oflag XB, certains me contactent lors de leur devoir de mémoire personnel. N’ayant aucune formation d’historien et en tant que simple particulier, je ne peux que les inviter à contacter les autorités compétentes.

Je reste certain qu’une démarche personnelle d’un FILS ou d’une FILLE d’un militaire ayant été fait prisonnier pour libérer La France, ne devrait pas laisser indifférent le Ministère de La Défense.

www.defense.gouv.fr/portail-defense/rubriques-complementaires/contact

Si vous êtes Anciens Combattants de la Seconde Guerre Mondiale, vous avez déjà reçu la Médaille Militaire certes, mais avez-vous demandé la LEGION D’HONNEUR ?

www.croixdeguerre-valeurmilitaire.fr/content/conditions-de-propositions-pour-la-legion-dhonneur-la-medaille-militaire-et-lordre-nationa-0

Bientôt 70 ans que vous avez retrouvé la liberté et vous êtes de moins en moins nombreux.

En mémoire de tous ceux qui auraient pu y prétendre avec fierté et qu’ils n’ont jamais osé se poser la question de demander cette décoration méritée, car ils étaient égaux au combat.

Viendra le temps où un jour, dans la Cour de l’Hôtel des Invalides, un Président de la République Française honorera le dernier combattant français de la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

Un hommage à Emile GOUE ( Musicien, Compositeur de musiques ) qui fut aussi prisonnier de guerre à l'OFLAG XB


http://bernard.goue.free.fr/Oflag.htm

" Ce site  présente un Emile Goué différent du compositeur: l'homme privé, le professeur, l'ami etc.... "

" Les conditions de vie à l’oflag XB, (comme dans les autres camps de prisonniers de guerre) etaient très difficiles et sont allées en s’aggravant de 1941 à 1945 : l’absence de liberté, cinq ans de vie plus que commune, à plusieurs dans une même petite chambre, la faim permanente, l’absence des proches, l’absence de vie artistique, intellectuelle, d’échange rendirent ces années très dures à vivre. De plus, le bombardement par erreur du camp par l’aviation alliée, fit une centaine de morts, le 4 février 1945…. "

" Les musiciens de l’orchestre (comme les chanteurs de la chorale) étaient des musiciens amateurs disposant alors d’instruments dont la qualité laissait fortement à désirer ! "

 

 

Après autant d'années, je reste toujours surpris et ému lorsque quelqu'un témoigne de ce passé de l'humanité.

CE SITE PERSONNEL FAMILIAL est mis à jour régulièrement , selon les informations retrouvées au fil du temps ... et a une vocation commémorative 

"Vous qui visitez ce site de mémoire, qui que vous puissiez être aujourd'hui , soyez le Bienvenu"

 

Ceci n'est donc pas "un forum" ou un site officiel d'un organisme quelconque, mais un lieu de mémoire envers
la personne qui a passé 5 années de sa vie dans des conditions hors de toute humanité .
 
Comme beaucoup de Rescapés des camps de prisonniers de guerre ou de déportation, le Caporal-Chef K... s'était remis lentement des privations de nourriture et de liberté.
 
Mais comme d'autres, il ne retrouva ni son logement d'avant guerre, ni ses affaires personnelles car tout avait été PILLE pendant des émeutes...
 

 


Cordialement 

 

 

 
 
 

visites